Rechercher sur aoura.com


PROMOTION :


MANAGEMENT :

Bikini Machine

bikini MACHINE

 

 

 




 

Management :   bikini machine          2010/2013       "BANG ON TIME"
 


"Comme dans un garage"

Didier Wampas & Bikini machine

Après une année de tournée avec Didier Wampas, les BIKINI MACHINE ont enregistré au Toe Rag Studio de Londres en janvier dernier le nouvel opus du trublion du rock français. En deux semaines seulement et entièrement en analogique, 13 titres ont été mis en boite sous la houlette de Liam Watson ("Elephant" des White Stripes). Dans la foulée la tournée continue!...


Des souvenirs de l'enregistrements sur ce tumblr...
Une chronique dans cd-aujourd-hui... sur France 2
et sur BFM TV on en parle aussi...



 
 


Let's party with
Bikini machine
volume 2

"Collection of cinematic & groovy cuts”
LP 10 titres

Devant l’indéniable succès de la première édition, les Bikini Machine reviennent avec
Let’s Party with Bikini Machine Volume 2.
10 titres instrumentaux, toujours plus Surf, Jerk & Super Soul.
2 inédits et un remixe des Little Rabbits au tracklist.

EN ECOUTE ICI

 
 
 
 
 
 


Let's party with
Bikini machine

"Collection of cinematic & groovy cuts”
LP 10 titres instrumentaux
Edition limitée - vinyl avec CD encarté

Une sélection parmi leurs morceaux déjà parus qui rend aux fondamentaux 60’s toute leurs places et ouvre une porte sur la richesse artistique de leur univers.
« Let’s party with » nous fait danser ! Le jerk se frotte à la soul, les samples vintage côtoient les machines derniers cris, les guitares fuzz sont appuyées par des gimmicks électro imparables.

EN ECOUTE ICI


 

Télécharger:    Dossier de presse 2012

 
 
 
 
 
 

TOURNÉE
DIDIER WAMPAS
& The Bikini machine

Didier Wampas a repris la route le 22 novembre 2011 accompagné sur cette tournée par les Bikini Machine pour faire découvrir son 1er album solo "Taisez-moi" sorti le 17 octobre 2011.


Crédit photo: Youri Lenquette

 

 
 


DESPERADO

Ciné-Concert


Bikini Machine a souvent été sollicité par le passé pour travailler sur des ciné-concerts, notamment lors d’événements ponctuels. Lors de la tournée consacrée au dernier album, l’idée de développer un projet conséquent a vu le jour autour de l’univers des films de Quentin Tarantino ou de Robert Rodriguez. Leur cinéma fait la part belle à la musique dans une dimension « pop-rock-soul » dans le cadre de scénarii souvent décalés, alternant décontraction, dérision maîtrisée, suspens, violence et rythmes endiablés. Leur travail s’appuie par ailleurs sur une culture cinéphile ancrée dans la série B, le cinéma underground et leur talent tient dans leur capacité d’appropriation de références sixties (cinéma, musique, pop art…) pour inventer un style propre…
Convaincus que leur musique peut s’adapter, servir et enrichir l’un des films de ces réalisateurs, Bikini Machine, (nom issu d’un film de série B américain …) s’est ainsi penché sur leurs filmographies pour se déterminer in fine sur le film « Desperado » de Robert Rodriguez : l’histoire d’un guitariste à la gâchette facile qui parcourt le Mexique pour venger sa bien aimée abattue par un trafiquant de drogue… Il s’agit d’une histoire assez simple qui évite une présence trop prégnante des dialogues au profit d’un véritable set musical de près de 2 heures.

L’enjeu artistique est important pour Bikini Machine puisqu’au-delà d’une simple bande son qui accompagnerait la projection d’un film, l’objectif des musiciens est de proposer au public un vrai concert plongeant le public dans une atmosphère de « western contemporain », ou le cadre de tournage (Mexique) offre des moments de tension et d’évasion bien particuliers : chaleur et poussière dans des rues forcément inquiétantes, bar mexicain et sueur froide, sombreros, tueurs sans pitié, femme fatale...
Robert Rodriguez ne fait pas du son un élément mineur de son travail : c’est l’intérêt du défi relevé par Bikini Machine que de créer une musique qui tiendra un rôle majeur et apportera une dimension supplémentaire au film. Un autre objectif pour Bikini est d’entrouvrir la porte du cinéma qu’ils regardent de trop loin depuis longtemps : de ce projet de ciné concert germeront sans doutez de nouvelles idées et pourquoi pas des rencontres plus directes avec le 7ème art…
Pour cette création Bikini Machine s'est associé au Festival de Cinéma « Travelling »à la salle de spectacle universitaire le « Diapason » de Rennes, à la salle La Carène de Brest avec l'aide du CNV.


Télécharger:    Dossier de presse Desperado

Photos HD:    Affiche 1540x4850px



Ciné-Concert 2012

Dimanche 11 mars à 21h00
French Film Festival
Triskel Christchurch
Tobin St., Cork City
Renseignements : +353 (0)21 431 06 77 / http://www.corkfrenchfilmfestival.com/
Dimanche 18 mars à 20h30
Festival Western Week-end Cinémalraux
L'Espace Malraux
67 place François Mitterrand - Carré Curial
73000 Chambéry
Renseignements :04 79 85 55 43 / http://www.espacemalraux-chambery.fr
Tarif : 12 euros
Vendredi 30 mars à 20h30
(avec Red + Tessier + Marinescu > Séville 82)
Salle de la Cité Rue St Louis 35000 Rennes
Renseignements: www.clairobscur.info et www.lastationservice.org
02 23 46 47 08 Résa: FNAC et sur Digitick
Tarif réduit 10€ - Tarif plein 13€

From Silent to Loud - Les rennais à Edimbourg - du 19 au 24 juin 2011

A l'invitation du Edinburgh International Film Festival , 5 groupes rennais présenteront leur ciné-concert en Ecosse
Accueilli par l'Institut Français du 19 au 24 juin 2011 à Edimbourg et Glasgow, ces ciné- concerts s’accompagneront en journée de rencontres et de master classes ouvertes au grand public et plus spécifiquement destinées aux professionnels écossais et britanniques du cinéma et de la musique.
Ce programme piloté par le guitariste et compositeur Olivier Mellano permettra aux musiciens rennais d’éclairer la singularité de leur démarche.

Bikini Machine
TUE 21 JUNE
8:00pm Desperado by Bikini Machine
WED 22 JUNE
6:00pm Desperado by Bikini Machine

avec aussi:
Olivier Mellano, DUEL de Steven Spielberg
NeirdA et Z3ro, LE PRISONNIER de Patrick McGoohan
Montgomery, MAD MAX de Georges Miller
Laetitia Sheriff, SA MAJESTE DES MOUCHES de Peter Brook

Télécharger:    Dossier de presse


 

 
 

The Full Album

Platinum Record *

Torréfiés à l’essence chargée en plomb, maximum jerk et r’n’b électromuté se nappent de soul blanche dans un garage bourré de Simca 1000 volées et de roadsters surgonflés. Le sourire en coin de Dutronc sape le snobisme mod des Who, la BO de nanar chahute le classique millésimé. Bikini Machine est le pop art band ultime.

Ca démarre par un son électronique grésillant qui ressemble à une Harley au repos mais «Good Morning» se révèle en fait une cavalcade garage-pop mêlant guitares vintage et électro up to date, beaucoup plus Carnaby Street relifté que Death Valley assoiffée. Laetitia Sheriff y lance des « yeah » électriques. «Get Down» attaque en avalanches de percussions mambo, se larde d’un riff à la Kinks période You Really Got Me, part en vrille de samples marrants.

Mais les Bikini peuvent aussi jouer en classe smoking. Prenez «Strange Day», qui déploie cordes et vibraphone pour une torch song jamesbondienne. Interrogation métaphysique ? «Où vont les cons?» se demandent Fred Gransard et Michaël Furnon (fan et ami du groupe) avec ce détachement ironique emprunté à Dutronc. Les rythmiques hip-hop sont-elles nées dès les sixties ? Les polyphonies des Beach Boys supportent-t-elles l’électronique de puissance ? Est-il essentiel de connaître les pas pour danser ? A-t-on vraiment le droit d’embaucher les huit enfants des membres du groupe pour assurer les chœurs d’une chanson intitulée «The Old School»? Toutes les réponses sont dans The Full Album. Mais juste avant que le silence ne retombe sur la dune, on aura loisir de méditer ces troublantes révélations en roulant à la cadence humide des guitares surf de The Race.

Philippe Richard

* toute la discographie disponible sur http://shop.platinumrds.com/4-bikini-machine