Rechercher sur aoura.com


PROMOTION :


MANAGEMENT :

Bikini Machine

bikini MACHINE

 

 

 




 



OURS

Sorti le 10 avril 2007,
son 1er ALBUM « MI »

S’il se fait appeler Ours, c’est qu’il a de l’artiste une vision animale et poétique, celle d’un être de solitude hibernant le temps d’écrire et de composer. Seul dans une chambre, il dialogue avec cahiers, stylos, basse, guitare et batterie. Ainsi passent les hivers jusqu’au jour où il s’ouvre au monde pour faire entendre ses morceaux en question. Ours en est là, lui qui sort de sa tanière avec un premier album.
L’Ours est né en 1978 dans une maternité de Boulogne, mais c’est au cœur de Montparnasse qu’il fait ses premiers pas. Il a la fibre artistique par atavisme. Elle se développe et s’affine au gré des découvertes musicales.
Ours écoute surtout Stevie Wonder et Les Beatles, mais aussi Herbie Hancock, The Commodores, Led Zeppelin et Miles Davis. Il est aussi bercé par la chanson française, celle de France Gall, Michel Berger et Michel Jonasz. Son premier achat de disque est pour The Cure, à 13 ou 14 ans. C’est à peu près à cet âge-là, qu’il découvre une guitare au pied de son sapin de Noël…
Le voilà qui dessine ses premiers accords et accroche aux murs de sa chambre des posters de musiciens comme Manu Katché.
Tout porte à croire que l’Ours deviendra musicien. Ce n’est pas le cas, du moins pas pour l’instant. Il projette de créer un magazine basé sur la communication visuelle :
 
« Mes études d’art ont un lien très étroit avec ce qui sera plus tard mon projet musical. J’y ai appris à creuser mon propre univers, à ne pas faire comme les autres ». C’est le temps des visites de musées où il fait connaissance de Léonard de Vinci et de Raphaël mais aussi de Matisse, Mondrian et Fernand Léger. C’est aussi le temps des groupes éphémères. Avec « Brocoli », il verse dans la musique funk éclectique. Avec le groupe « Stuart », il explore le mélange des genres : du ragga à l’electro. Ours commence à écrire des chansons inspirées du rap français dont il apprécie l’énergie et les textes au style direct.
« Orange », qui figure sur ce premier album, est le seul vestige de cette époque londonienne.
Ex-graphiste qui se distingua par la création de sites Internet usant de matières inédites dans cet espace-là (des animations de bois de papier et de pâtes à modeler), l’Ours redevenu parisien s’est mué en chanteur. Officiellement. Définitivement. Il écrit, compose, chante et joue toutes les sessions de guitare sur son premier disque (co-produit par Julien Delfaud). Il s’apprête à rejoindre Mathieu Boggaerts, -M- et Camille sur la nouvelle scène française. Et d’y apporter cette fraîcheur que donnent ses chansons au désespoir léger et à la mélancolie désinvolte. D’y apporter aussi cette voix éraillée de naissance qui est immédiatement reconnaissable.

Ours aborde le passage délicat de l’adolescence à l’âge adulte, sans s’appesantir sur cette brève difficulté d’être. Belle idée que celle d’enterrer son insouciance en chantant. Ses chansons existentielles, il les veut pudiques et acidulées comme « des bonbons » : sans drame irréversible, sans torrent de larmes. C’est dans cette quête de légèreté qu’Ours s’est inspiré des rythmes chaloupés pour certaines de ses compositions. Sa musique, il la qualifie de « solaire », à mi-chemin entre mélancolie et bonne humeur. Car ici rien n’est grave. La nostalgie des jeunes années (« Le cafard des fanfares ») ne noue pas l’estomac. Les nuits d’ivresse restent de bons souvenirs (« Quand Nina est saoule », « Nina se réveille »). La déprime n’est jamais qu’une mauvaise passe (« Orange », « Révélés ») Et quand plus rien ne va, vraiment, il trouvera toujours « La maison de mes parents » pour se ressourcer…

 

Télécharger: Dossier de presse (17,5Mo)

Sites Web:    www.myspace.com/oursoursours
                   www.ours-lechanteur.com

Depuis la sortie de son premier album « Mi », OURS s’est rapidement imposé comme l'une des révélations chanson en 2007.
De sa voix éraillée, il a enchanté les ondes tout l’été avec son titre « Le Cafard des Fanfares ».
Nominé au Prix Constantin, il est Coup de Cœur de l’Académie Charles Cros et lauréat du Fair.
Il a reçu le Grand Prix de la chanson de l’Union nationale des auteurs compositeurs.
Ours a parcouru la France et l’étranger dans des salles combles tels que des Zénith ou encore Bercy, avec les premières parties de Michel Jonasz, Zazie et Vanessa Paradis.
Depuis, une chose est sûre : Ours a bel et bien séduit le public.


En attendant le nouvel album et la prochaine tournée OURS chante en duo avec Lily Allen et se retrouve multi-diffusé sur les ondes!...
A l’occasion du lancement de l’événement les « ça me dit de la MHIGE », l’association humanitaire en partenariat avec iDTGV et la SNCF, vous invitent à participer à un concert à bord unique placer sous le signe de la solidarité.
Pour ce premier rendez-vous nous avons donné une carte blanche à PYRPROD qui a réussi à entraîner l’artiste OURS dans notre aventure. Il sera accompagné des non moins prestigieux Lieutenant Nicholson, DjeuhDjoah et Nico K.
iDTGV est fier de s’associer avec la MHIGE et PYRPROD pour vous proposer un concert original à l’esprit humanitaire !
www.mhige.com
La MHIGE (Mission Humanitaire Inter Grandes Ecoles) a été créée en 1987 suite à la catastrophe de Tchernobyl. Ainsi, chaque année et depuis plus de 20 ans cette association qui regroupe les plus grandes écoles de commerces et d’ingénieurs, organise le plus grand convoi humanitaire étudiant en Europe. Notre mission : apporter un soutien matériel et moral aux victimes de cet incident nucléaire.
C’est donc grâce à l’appuie d’artistes et d’iDTGV que la MHIGE est fière de vous faire participer à cet événement !!!
Un concept simple :
- un concert à bord
- une association humanitaire
- un voyage pour la solidarité

IDTGV 2953
Départ Paris Montparnasse 8h10
Arrivée Bordeaux 11h24
IDTGV 2968
Départ Bordeaux 16h32
Arrivée Paris Montparnasse 19h45

EN CONCERT
au 26/02/10

Mardi 23 mars à 20h30
Centre culturel Jean Pierre Fabrègue
6, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny 87500 Saint Yriex La Perche
Tarifs : 10 / 15 euros
Renseignements : 05 55 08 88 77

Samedi 15 mai à 20h
Le Radazik
Esplanade de la République 91940 Les Ulis
Tarifs : de 18 ans, étudiants, chômeurs, retraités, handicapés, adhérents association Coda + bénéficiaires de minima sociaux : 7,50 euros / + de 18 ans : 11,50 euros
Renseignements : 01 69 29 34 49

So Foot - Mars 2008:

Le nouveau clip: "Quand Nina est saoule"
Réalisé à Los Angeles par Béatrice Leterrier avec Nora Zehetner